Le défi de la formation professionnelle dans les pays en voie de développement

Dans les pays en voie de développement, la Formation professionnelle est un enjeu majeur pour permettre à la population d’être plus autonome, active sur le marché de l’emploi et sortir de l’extrême pauvreté.    Ces dernières années la plupart des gouvernements africains se sont dotés d’un plan émergent qui met un accent pointu sur le renforcement du capital humain à travers la valorisation de la Formation professionnelle. En Afrique, la jeunesse représente environ 200 millions d’habitants soit 20% de la population et cette jeunesse subit fortement les différentes crises économiques et le chômage qu’offre le climat socio-économique de cette région du monde.

À l’Office national de Formation professionnelle (ONFP) situé au Sénégal, la qualification professionnelle est le levier le plus important pour l’amélioration de la productivité du travail et la réduction de la précarité de l’emploi.

Depuis 1986, cet office a été mis en place pour aider à mettre en œuvre les objectifs sectoriels du gouvernement et assister les organismes publics et privés dans la réalisation de leurs actions ; réaliser des études sur l’emploi, la qualification professionnelle, les moyens quantitatifs et qualitatifs de la formation professionnelle initiale et continue ; coordonner les interventions par branche professionnelle par action prioritaire en s’appuyant sur des structures existantes ou à créer ; et enfin coordonner aussi l’action de formation professionnelle des organismes d’aides bilatérales ou multilatérales.

 

L’ONFP en Afrique n’est pas la seule institution qui travaille à aider la population à acquérir les compétences nécessaires pour intégrer facilement le marché du travail. Nous avons au Maroc, l’office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail (OFPPT) ou le Fond de Développement de la Formation Professionnelle en Côte d’Ivoire (FDFP) pour ne citer que ces deux organismes.

Toutefois, le plus grand défi en matière d’Éducation par la formation professionnelle n’est pas d’avoir le budget qui permettra de mettre sur pied des formations gratuites et adéquates aux demandeurs d’emplois, le plus grand défi viendrait des entreprises. Peu d’entreprises donnent l’opportunité à ces jeunes sorties de la Formation professionnelle de faire leurs preuves dans leurs institutions. Cela est-il dû à la perception qu’ont les chefs d’entreprises de la formation professionnelle ?

Qu’importe la réponse, il est nécessaire de rappeler que l’Éducation qu’elle soit issue de l’Enseignement technique ou de la Formation professionnelle reste l’élément majeur du développement social et économique d’un pays. Les décisions prises par le gouvernement en matière d’éducation et de formation sont donc les bases fondamentales du prestige d’un pays, de sa paix, sa stabilité et sa prospérité. Et la formation professionnelle particulièrement crée des travailleurs qualifiés, expérimentés, compétents et qui répondent aux normes d’une branche professionnelle créant des entreprises compétitives.

Dans cette optique et sachant que toute industrie, qu’importe son secteur d’activité vit au rythme de la situation socio-économique du pays où elle est implantée, devrait impérativement soutenir le gouvernement en favorisant au même titre que l’Enseignement technique les personnes issues de la formation professionnelle. C’est seulement de cette manière, qu’un pays en voie de développement pourrait augmenter considérablement sa croissance.